SOS DOGUES DE BORDEAUX

Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 un peu d histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
gardian56100

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 98
Localisation : cote d armor
Loisir : fan du dogue de bordeaux j en bave lol....
Adhérent SOS ? : oui
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: un peu d histoire   Ven 27 Avr - 15:23

Bonjour
Bon, je me suis aperçu, que beaucoup de photos trainaient sur internet à droite et à gauche sur les dogues de bordeaux. C’est bien en tant que fan j’apprécie, mais ce que je vois généralement sur les très vieilles photos il y a juste le nom ou prénom de l’animal mais rien d’autre à la rigueur voire la date et la ville mais c’est tout, pas d’histoire.
Vous me direz quel dommage hein ?
Et bien non, aujourd’hui vous n’avez plus d’excuses, vous pourrez ne pas dire j’y étais, certes, mais dire je connais.


https://i.servimg.com/u/f62/19/15/91/61/110.jpg

Sultane : Le plus frappant, "la tête colossale entrelacée de rides".

A propos des Dogues de Bordeaux remarquables, le juge à l époque de l’exposition de 1892 aux Tuileries, fut si impressionné par son inspection du chien de M. Eisler qu'il publia un article à côté d'une photo de Sultane dans son magazine du 22 juillet de la même année.  
C'est ici en particulier que Sultane, l'excellente garce de M. Charles Eisler, se démarque en remportant le premier prix deux années consécutives et la même année en recevant le prix spécial de Paris, tandis que Raoul est choisi pour les éloges de la section. La photo montre une photo réussie de cet animal formidable qui se trouve dans le jardin des Tuileries, ressemblant à une statue de pierre sculptée avec sa large poitrine.  
Cet article donne aux lecteurs une meilleure idée de cette race extraordinaire, illustrant excellemment son corps puissant et solide et solide. Ce qui frappe le plus, c'est la tête colossale entrelacée de rides ; le museau large ; les joues lourdes et tombantes, et la mâchoire forte, qui peut traiter de telles morsures terribles. Une photographie de profil aurait montré comment la partie la plus en avant du museau est légèrement courbée. Si l'on soulevait les lourds, on pouvait voir les armes terribles ; les dents sont aussi grosses que celles d'un chien deux fois sa taille.  
La couleur des sultanes est fauve comme un lion, avec une tête rougeâtre et des oreilles coupées. L'article ne donne aucune autre référence à sa dérivation si ce n'est qu'elle est née le 5 mai 1889

https://i.servimg.com/u/f62/19/15/91/61/17504610.jpg

Caporal : Connu comme "L'Invincible".

Caporal, détenue par Messieurs Delaut et Maurez, mérite d'être ajoutée à notre liste sélecte de remarquables Dogues de Bordeaux. L'apogée de Caporal date de 1889. Il n'est jamais montré à l'exposition des Tuileries, mais il est très connu au pied des Pyrénées, où se déroulent les championnats de tauromachie et où il reçoit le titre "L'Invincible". Était couvert de cicatrices. A cette époque, Caporal appartenait à M. Farnière, qui dirigeait un réseau de chemin de fer à Tarbes. Il a été acheté par MM. Delaut et Maurez dans ses dernières années pour servir de chien étalon.  
À la fin de notre article no. 5 sur Dogues de Bordeaux, Caporal a été mentionné comme un puissant Dogue de Bordeaux et l'un des meilleurs combattants. Pour donner plus d'idée de ce grand animal, à l'âge de sept ans son poids était de 108 livres et sa taille de 63 cm (24,8 pouces). Sa couleur était d'un rouge très pâle, la mâchoire inférieure dépassant légèrement au-dessous de la mâchoire supérieure. Nous avons remarqué que M. Maurez s'est dévoué aux Dogues de Bordeaux avec beaucoup de succès. Pour un autre chien il avait Roland, un beau chien qui a reçu le premier prix et le prix d'honneur offert par le président de la République. Roland était hors de Raoul et Zulln.

https://i.servimg.com/u/f62/19/15/91/61/ddb-ot10.jpg

Othello: "Une des nouvelles générations des Dogues de Bordeaux."
Othello, élevé par M. Maurez, a été vendu au Dr. Fiard de St. Etienne. Coulé le 28 mars 1893 de Marius et Rames II, Othello peut être considéré comme l'une des nouvelles Dogues de Bordeaux. Le masque a une teinte plus foncée de rouge, autrement le rouge plus clair ; une tête merveilleuse et ridée, le visage extraordinairement ridé ; une large poitrine ; fortes pattes, et ainsi de suite. Othello a été signalé dans l'article à l'âge de 13 mois avec Buffalo et d'autres dans la même classe dans la section de la race de : divers chiens et chiens de garde à l'exposition canine Saint-Étienne en avril 1894. À cette exposition, Othello a reçu prix et Buffalo le premier prix.  
Othello a de nouveau participé à l'exposition canine à Paris en mai 1894, mais le juge n'a accordé aucun prix aux dogues de Bordeaux masqués de rouge, à l'exception de Buffalo, qui, parce qu'il avait déjà reçu le prix d'honneur, s'est vu décerner prix. Tous les autres dogues masqués ont reçu des prix. Cela ne peut être attribué qu'à l'ignorance, à l'incompréhension ou à la simple fantaisie du juge !  

https://i.servimg.com/u/f62/19/15/91/61/ddb-ne10.jpg

Nero : Masqué noir.

une image plus complète de l'un des fils de Roland, Nero, qui comme son père avait un masque noir., le sang du Mastiff a sans doute été introduit dans notre race des Dogues de Bordeaux à un moment donné, d'où la couleur du manteau de café laiteux, le masque noir et la hauteur accrue, qui a été observée chez quelques spécimens. Grâce à la recherche et à l'information officielle,et il fut également vérifié comment cela s'est produit.

En 1888, alors que le Boston Circus appartenant à un Anglais se produisait à Paris, trois éleveurs -( Guanrand, Oblau et Fotan) - ont permis à leurs trois chiennes du Dogue de Bordeaux, toutes en chaleur, d'être accouplées par un énorme Mastiff appartenant à l'un des cirques artistes, le premier de ces événements le 14 juin et celui de M. Fotan le 14 juillet. En plus de cela, un certain M. Boun avait acheté un très grand Mastiff à peu près en même temps et c'était le père des Dogues de Bordeaux propriété de M. Blanchet, qui a remporté le premier prix en raison de son museau noir. Ce croisement, malgré l'ignorance de certains juges, nous a empêché de détruire notre belle race de Dogue de Bordeaux. Est-ce vraiment le cas que, en raison de l'exclusion des autres, tous les prix ont été remis aux chiens masqués en noir à l'exposition des Tuileries en 1894 ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raymonde

avatar

Nombre de messages : 1088
Age : 72
Localisation : Irai
Loisir : sos dbx a temps complet
Humeur : suivant le temps
Adhérent SOS ? : oui
vice presidente
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: un peu d histoire   Ven 27 Avr - 16:21

113 bigap
merci de partager vos recherches avec nous
ENCORE !!!!ENCORE!!!!
bizzzzzz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gardian56100

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 98
Localisation : cote d armor
Loisir : fan du dogue de bordeaux j en bave lol....
Adhérent SOS ? : oui
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: un peu d histoire   Sam 28 Avr - 16:23

merci
petite rectification tout de même, faute de frappe, pour le dogue de bordeaux caporal
ce n est pas Mr Delant mais Mr Delaut ceci devait être rectifié.
oi il y aura une suite je suis dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JPR SOS DBX
Admin
avatar

Nombre de messages : 3447
Age : 74
Localisation : irai61190 france
Loisir : sos jour et nuit
Humeur : de chien
Adhérent SOS ? : OUI , venez nous rejoindre et adhérer au Club Sos Dogues de Bordeaux
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: un peu d histoire   Dim 29 Avr - 10:43

Rectification effectuée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gardian56100

avatar

Nombre de messages : 84
Age : 98
Localisation : cote d armor
Loisir : fan du dogue de bordeaux j en bave lol....
Adhérent SOS ? : oui
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: un peu d histoire   Lun 7 Mai - 19:15

comme promis la suite, je vous sentais impatient, lol..  a cette époque et heureusement, les éleveurs étaient devenus sages et il y avait maintenant un espoir de revenir aux Dogues de Bordeaux de race pure dans un avenir prévisible, sous la présupposition que tout ce qui pouvait nuire à la race serait tenu à distance, même au point de mettre le du matériel de reproduction à notre disposition afin de rendre l'élevage aussi utile que possible. Si un croisement doit avoir lieu, il ne s'agit pas de mêler le sang à la mesure, comme certains experts opportunistes voudraient nous le faire croire. Leur influence se fait sentir jusqu'au tournant du siècle, et ils soutiennent que la progéniture peut être comptée comme la moitié, le quart et le huitième de sang.

Rien ne montre plus clairement les erreurs de ce concept que la transmission de certaines qualités aux nouvelles générations et la constance de cette transmission héréditaire, surtout chez les mâles. Un chiot est à la fois comparé au père, puis à la mère, et bientôt il est jugé avoir certaines de ses mêmes mauvaises qualités, un autre est juste comme sa mère, et un troisième a un mélange de qualités des deux parents par lequel en réalité fait, il ne devrait pas être jugé. Les qualités semblent même provenir d'ancêtres plus proches ou plus proches, allant même jusqu'à des ancêtres très lointains. Pour cette raison, les chiennes avec des museaux noirs ont souvent des chiots avec des museaux rouges, et inversement, ceux avec des museaux rouges ont souvent des chiots avec des museaux noirs, et ceci sans référence au Mastiff. Parmi ceux-ci apparaissent souvent des animaux magnifiques dont leurs propriétaires sont évidemment très fiers.
C'est d'un tel croisement que le chien Lion de M. Chatenoud est originaire. Si nous donnons les mesures de ce chien, puis les comparons avec celles d'un Mastiff, nous verrons qu'il nous a plus Mastiff que Dogue de Bordeaux, ce qui ne lui fait aucun mal, étant un chien fort et puissant. Les mesures du chien sont les suivantes :

Hauteur 82 cm mesure de la fin du nez à la racine de la queue, 114 cm ; circonférence de la tête mesurée derrière les yeux, 67 cm ; circonférence du museau mesurée au milieu, 44 cm ; tour de poitrine, 110 cm ; circonférence de la gorge mesurée à partir du haut du collier, 70 cm ; et poids, 82 kilos.

Maintenant, nous comparons ces mesures avec celles du vrai champion Mastiff des Championnats d'Angleterre, "His Lordship", tel que cité dans le livre anglais British Dogs par d'Hug Dalziel : Hauteur, 84 cm ; mesure de l'arrière de la tête à la fin du nez, 31 cm ; circonférence de la bouche mesurée au milieu, 39 cm ; et la mesure de la poitrine, 119 cm.
Lorsque nous comparons ces mesures à celles précédemment mentionnées de Lion, nous voyons que le chien de M. Chatenoud n'est différent d'un Mastiff anglais que dans la mesure où il a un corps plus court, une tête très carrée et large, un museau plus large et des ailes plus longues. Il a toutes ces caractéristiques du Dogue de Bordeaux.  

Dans l'ensemble, la qualité des authentiques Dogues de Bordeaux se distingue clairement de celle du Mastiff par : Un corps robuste et trapu, long de 1,10 à 1,20 mètre sans compter la queue ; une circonférence thoracique variant de 65 à 72 cm ; une tête large et carrée qui n'est pas ronde comme le Mastiff mais qui est beaucoup plus large, d'au moins 64 cm de circonférence et de 28 à 30 cm de long, avec un museau large, plus long et carré. 44 cm mesurés pour inclure de longs vols pendulaires, de fortes mâchoires et des dents énormes, dépassant de 1 cm, mais néanmoins les ailes doivent couvrir les dents ; gorge étendue ; large poitrine et reins ; mouvement plus fort que le Mastiff ; manteau épais ; rides fortement définies et symétriques sur la tête et les joues ; avec une courte robe de couleur constamment dorée qui a tendance à s'assombrir sur les épaules.

A Bordeaux et ses environs on peut trouver un Dogue de Bordeaux dégénéré, plus un vrai Bulldog, petit avec une tête de pomme et un front court et avec une mâchoire plus basse où les dents sont visibles. Il n'y a pas si longtemps, un tel animal pouvait être vu au Jardin d'Acclimatation. Les Bulldogs de Bordeaux, qui, comme tous les autres Bulldogs, ont été nommés d'après un certain type de bœuf américain, ont leur propre structure caractéristique due à l'arrêt du développement de l'os du nez au-dessus de la narine, et parce que les autres os se développent, un élargissement mais pas un allongement du museau. C'est cette malformation héréditaire qui a été encore exagérée dans les générations suivantes, c'est-à-dire que les os nasaux disparaissent lentement et que la circonférence de la poitrine diminue comme cela a été observé dans le Bulldog anglais...  

Un spécimen très particulier de ces Bordeaux Bulldogs était le Trug I, que certains éleveurs actifs ont simplement considéré comme un véritable Dogue de Bordeaux et donc très utilisé dans les haras à des fins d'exportation. Trug J'ai appartenu à un garçon boulanger à Bordeaux appelé Rieux. Il était un petit bouledogue avec une petite poitrine mais n'a pas suscité d'enthousiasme parmi les amateurs de Bordeaux. En 1893, il ne reçut que la mention "mérite" mais fut également battu par Roland, Pietro I et Due. Cette année-là, les juges étaient des vétérinaires girondins qui étaient déjà connus comme des amateurs de Dogue de Bordeaux qui comprenaient mieux la race locale que les Anglais, ce qui est compréhensible. Trug a été offert sans succès à un amateur français pour 40 francs, mais plus tard il a été appris que Trug a été vendu à un conducteur anglais qui, avec l'aide d'un juge anglais et compatriote, l'a importé en Angleterre comme exemple typique du Dogue de Bordeaux.

Sachez tout de même:

Un Français de la fin du XIXe siècle décrit la scène du Dogue de Bordeaux de la journée
En 1896, l'amateur de Dogue de Bordeaux, Jean-Pierre Mégnin, décrit l'état de la race, à la fois dans l'anneau et dans la boîte de mise bas. Une ressource historique fascinante et précieuse, son article éclaire le croisement de la fin du XIXe siècle qui, à ce jour, fait surface comme la traînée de la course.
Les Dogues de Bordeaux, comme les autres chiens européens, proviennent du vieux Molosse. Ils ont pris le nom de Bordeaux de la ville de ce nom où ils ont toujours été élevés en grand nombre. Les chiens étaient si sauvages et instables qu'un mandat de police a été délivré à leurs propriétaires, stipulant que les chiens devaient être tenus en laisse et muselés.
Le Dr Frank, collaborateur du Stock-Keeper, publia une étude dans le magazine "Comparaisons entre Dogues français et Mastiff et Bulldog anglais". Il y compare le Dogue de Bordeaux au Mastiff. Le Dogue de Bordeaux est meilleur que le Mastiff car il a conservé la force des Molosses celtiques et est un véritable descendant de notre célèbre Alan. Sa force est étonnante, et il faut un homme très fort pour y résister. Ses mâchoires sont formidables. Quelques bons exemples de cette race peuvent être trouvés sur les frontières espagnoles, mais sinon ils sont devenus très rares. Dans les Pyrénées, où les corridas et les combats d'ours sont toujours à l'ordre du jour, on peut encore les voir en action contre ces animaux. Ce n'est qu'en 1863, à l'époque moderne, que les Dogues de Bordeaux ont été interrogés en dehors de leur pays d'origine et sont apparus plus tard lors de la première exposition canine organisée à Paris. Cette excellente exposition a eu lieu au Jardin d'Acclimatation et a été patronnée par de grandes personnalités scientifiques et artistiques.  

C'est M. Pierre Pichot qui a jugé les races de travail et il a dit ce qui suit au sujet de la race en question :
Il y a peu à signaler sur les dogues car chaque représentant de cette grande race mérite vraiment une mention spéciale. C'était encore un groupe mal choisi. Les chiens particuliers de ce groupe qui sont venus à l'exposition étaient dans l'ensemble extrêmement médiocres, et aucun des meilleurs Mastiffs anglais avec des manteaux légers et des masques sombres ont été exposés. Les dogues de Bordeaux y ont été jugés par Pierre Pichot. La chienne Magenta, qui a été présentée par M. Radique et a remporté le premier prix (une médaille d'or de 150 francs donnée par la ville de Paris), mérite une mention spéciale. Le deuxième prix (une médaille d'argent de 75 francs) a été remporté par Dogue espagnol, montré par M. Ravaur. Le magenta mesurait 70 cm (27,5 pouces) aux épaules, un rouge acier sans masque noir.
La deuxième exposition canine française a eu lieu en 1865, mais malheureusement( le reportage sur les Dogues de Bordeaux a été perdu). Même si certains ont été exposés, les dossiers suivants que nous avons sont ceux des rapports des juges sur les Dogues exposées après 1883.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raymonde

avatar

Nombre de messages : 1088
Age : 72
Localisation : Irai
Loisir : sos dbx a temps complet
Humeur : suivant le temps
Adhérent SOS ? : oui
vice presidente
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: un peu d histoire   Mer 9 Mai - 11:44

bigap merci merci!!!!!! flower flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: un peu d histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
un peu d histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une histoire de fou...rbe !
» Fete Histoire De Jouet
» L'Histoire du petit Ginko biloba et du Givre...
» histoire interessante de laurrier rose....
» L'HISTOIRE DE MARION , DANS L'AMOUR DU METIER, L'AMOUR DE LA FORET !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOS DOGUES DE BORDEAUX :: SOS DOGUE DE BORDEAUX, "LE FORUM" :: Conversations-
Sauter vers: